• En parlant des traditions spirituelles du Japon, nous entrons dans une sphère culturelle qui n'est pas la notre. Nous avons déjà vu certains aspects culturels propres à la culture japonaise, comme le fait que le nom de famille est toujours énoncé avant le prénom de la personne. Cette habitude traduit le fait que l'appartenance au groupe familial est plus importante que l'individu propre. Quelqu'un qui s'appelle 山口隆文 (Yamaguchi Takafumi) sera d'abord un membre de la famille Yamaguchi avant d'être l'individu Takafumi. Cette caractéristique n'est pas exclusive aux Japonais mais également aux pays de l'Asie de l'Est (Japon, Chine et Corée).

    machin Ces faits se traduisent également au niveau du comportement global des gens. Un exemple sociologique très démonstratif le montre: l'étude de l'aquarium. Lorsque l'on demande  à des enfants occidentaux et à des enfants originaires d'Asie de l'Est de décrire l'aquarium, deux tendances bien distinctes sont observables. 

     

                                                                           Même les poissons peuvent en dire long!                                                                                                                                                                 Les enfants occidentaux vont commencer à décrire les poissons un par un: "ce poisson est gros", "celui-ci est petit", "celui-là est très coloré"...etc. Il va ensuite se mettre à regrouper les poissons ensemble selon certains critères.Pour les enfants d'Asie de l'Est, c'est la tendance inverse qui ressort: ils vont commencer par regrouper les poissons en groupes selon certains critères. Mais ils vont ensuite remarquer que chacun des poissons au sein de ces groupes possède sa propre singularité. Aucun des 2 raisonnements n'est supérieur à l'autre, la même information est obtenue à l'issue de la réflexion.

     

    Afficher l'image d'origineLe Japon, c'est un pays où il n'a pas toujours été facile de vivre. Comme vous le savez, le Japon se situe à l'intersection de la plaque eurasiatique, de la plaque des philippines, de la plaque pacifique et la plaque nord-américaine. Cela le rend donc fortement sujet aux catastrophes naturelles: séismes, tsunamis , éruptions volcaniques et typhons (Juin à Octobre )                                                                                    

                                                                         La grande vague de Kanagawa, Hokusai, 1830

    Même si le Japon est à la pointe en ce qui concerne les systèmes anti sisimique, ou anti tsunami, la catastrophe de 2011 nous a montré que ce système, bien que très efficace, n'est pas infaillible. Depuis la nuit des temps, les japonais ont donc du composer avec ce type d'aléas climatiques. Et avant de mettre au point des moyens scientifiques pour palier à ces problèmes, ils s'appuyaient essentiellement sur la religion.

     

    Afficher l'image d'origine

    Comment parler du Japon sans parler de l'Empereur? La première preuve de l'importance de la figure impériale se trouve dans l'écriture de la date! Il existe en effet 2 manières de l'écrire en japonais: une ressemblant à la notre, et une s'appuyant sur les ères impériales. Si nous prenons donc la date d'aujourd'hui, 4 avril 2016, cela donne 2016年4月4日. Nous pouvons reconnaître le kanji "année" (年), le kanji "mois" (月) et le kanji "jour" (日). La date s'écrit donc dans le sens inverse du sens français. L'année est d'abord écrite, puis le mois, et le jour. Actuellement, nous sommes dans l'ère Heisei (平成), signifiant "accomplissement de la paix". Cette ère a commencé à la mort de l'Empereur Shôwa (昭和), du nom d'Hirohito. 

     

                                                          

                                           

                                                               Frise représentant les ères du Japon de -660 à nos jours 

    Un peu compliqué non? Jamais nous n'avons entendu parler de Shôwa, mais le nom d'Hirohito nous est familier. En fait, le vrai nom de cet empereur était Hirohito, connu en occident pour son règne pendant la seconde guerre mondiale.

    Au Japon, en toute normalité, l'Empereur ne doit pas être appelé par son nom. C'est par une formule de politesse que l'on s'adresse à lui. C'est seulement à la mort de l'Empereur où il est possible de l'appeler par un nom. Mais attention! Là encore, on ne l'appelle pas par son nom, mais par le nom de l'ère où il a régné. Comme Hirohito est mort, on le nomme au Japon "L'Empereur Shôwa", car il a régné pendant l'ère Shôwa, tout simplement.                             

    L'Empereur actuel s'appelle Akihito, et est le fils d'Hirohito. Il sera appelé "Empereur Heisei" après sa mort. Actuellement, l'Empereur n'a plus qu'un rôle symbolique, mais reste pour autant une figure importante pour les japonais. Il participe notamment à des cérémonies Shintô, par exemple bénir le riz pour assurer aux agriculteurs une récolte prospère.                        

                                                                                  

                                                                                             Akihito, Empereur actuel du Japon

     A vrai dire, l'Empereur est le numéro un de toute la hiérarchie Shintô. Vous comprendrez donc bien qu'un article sur les traditions spirituelles sans parler de l'Empereur   n'était pas possible!                                                                                                                                              

    Mais après ce petit préambule culturel, entrons plutôt dans le vif du sujet. Quelles sont ces fameuses traditions spirituelles? Les religions majoritaires au Japon sont le Shintô et le Bouddhisme. Si vous avez sans doute déjà vaguement entendu parler du Bouddhisme, je doute que vous ayez déjà entendu parler du Shintô hors du contexte japonais, et ce pour une raison très simple: le Shintô est une religion exclusive au Japon. Aucun autre pays ne la pratique. C'est une religion animiste présente au Japon depuis le néolithique.  En ce qui concerne le Bouddhisme, cette religion est répandue dans de nombreux pays d'Asie, et même un peu dans des pays occidentaux (bien que la proportion de bouddhistes y est généralement anecdotique). D'ailleurs, si je demande à la plupart d'entre vous leur vision du Bouddhisme, la majorité parleront de moines au crâne rasé, de pacifisme, de toges orange, etc... Ensuite les amateurs de décorations asiatiques auront déjà remarqué qu'il existe plusieurs statues différentes représentant Bouddha: en effet, il y a de nombreuses écoles  bouddhistes, que nous aborderons dans les articles dédiés aux écoles bouddhistes. Le Bouddhisme est arrivé au Japon aux alentours du Ve-VIe siècle, soit beaucoup plus tard que le Shintô. Certains d'entre vous connaissent sans doute le Zen, qui est également répandue en occident, mais ce n'est qu'une école parmi tant d'autres. 

    Mais alors quelle est la proportion de bouddhistes et de shintô? 

    Introduction aux traditions spirituelles du Japon

     Taux de Shintô et de Bouddhistes au Japon en fonction des régions 

    En regardant la carte, les constatations qui en découlent sont sans appel: au Japon, il y a des Shintô, il y a des Bouddhistes, mais ça n'empêche pas certains de pratiquer les 2 religions. Il est même plutôt normal au Japon de pratiquer ces 2 religions. La carte montre bien que la majorité des territoires sont  la fois shintô et bouddhistes. Assez étonnant, non? Alors que nous sommes plutôt habitués à voir les religions se faire la guerre plutôt que de s'accepter, ici nous avons des personnes qui pratiquent plusieurs religions. C'est une exception japonaise! Mais quelle est sa source?

    Lorsque les bouddhistes sont arrivés depuis la Chine vers le Japon au Ve siècle, les shintô ont senti le vent venir et se sont dit qu'il fallait réagir. Le bouddhisme arrivait avec l'écriture, alors que le shintô était encore une religion plutôt primitive où les savoirs se transmettaient de bouche à oreille. Une religion où rien n'était dit sur ce qui se passe après la mort, et qui se concentrait plutôt sur la vie (bonnes récoltes, bonne santé, protection, etc...). Sentant leur fin venir, ils ont alors décidé de combattre le bouddhisme en, eux aussi, couchant par écrit tout ce qui se rapportait au Shintô. 

    Il se trouve que les 2 religions sont assez complémentaires sans pour autant se contredire, ce qui a joué dans la balance. Par exemple, de nos jours, les cérémonies de mariage sont plutôt des cérémonies Shintô, alors que les cérémonies de funérailles sont le domaine des bouddhistes. Le Shintô accompagne les personnes dans la vie, alors que le bouddhisme accompagne les personnes dans la mort et après. Le gros point d'accroc était entre Bouddha et les Kami. Pour les Shintô, il y a énormément de Kami qui ont chacun un domaine d'action, par exemple le Kami de l'eau, le Kami de l'arbre, le Kami de la terre...etc. Mais il faut savoir que les Kami sont très régionalisés: il y a un Kami pour telle montagne, pour tel village... Au final, cela fait beaucoup de Kami. Pour les bouddhistes, c'est Bouddha qui est important. Et pourtant, les deux religions ont réussi à trouver un point d'entente... Comment? En réalisant un syncrétisme. 

    Qu'est-ce qu'un syncrétisme? C'est un mélange d'influences. Ici deux syncrétismes ont été réalisés: 

    _ Les bouddhistes pensent qu'Amaterasu (la figure la plus importante du Shintô) est un avatar du Bouddha, et qu'il serait venu sous cette forme car les japonais n'étaient pas encore prêts à recevoir les enseignements du Bouddha. De plus, ils pensent que les Kamis sont contents que Bouddha leur offre la possibilité de suivre la loi de réincarnation. 

    _ Les shintô pensent que si les bouddhistes sont encore vivants, c'est bien parce que les Kami de la terre protègent les temples bouddhistes. 

    Ainsi, les deux religions ont réussi à coexister pacifiquement. Bouddha veille sur les Kami et les Kami veillent sur Bouddha, tout le monde est content. Bien sûr, je ne dis pas que tous les japonais pratiquent les deux religions, mais une grande majorité accepte ce syncrétisme.

     

    Dans cette introduction, beaucoup de termes ont été abordés et certaines choses n'ont été expliquées que brièvement. C'est tout à fait normal, pas d'inquiétude! Ces aspects seront abordés prochainement dans des articles dédiés spécialement au Shintô et au Bouddhisme. Toutefois, si vous désirez avoir quelques éclaircissements sur certains points, n'hésitez pas. 

    J'espère que cet article vous aura donné envie d'en savoir plus sur les traditions spirituelles japonaises!

     

    またね

    侍猫

     

     

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique