•  任天堂 マリオ花札 赤│ゲーム 花札|【東急ハンズネットストア】

    Vous vous demandez bien quel peut être le raport entre Mario Bros et les Hanafuda ? On vous dit tout dans cet article !

     

     

    Avez-vous déjà entendu parler des cartes Hanafuda ? Parler de "cartes Hanafuda" est d'ailleurs un pléonasme étant donné l'étymologie du mot. En effet, celui-ci 花札 se divise en deux parties : 花 (Hana = fleur) et 札 (Fuda = carte). Si on devrait traduire littéralement le mot en français, cela donnerait "cartes fleur". Donc parler de "cartes Hanafuda" revient à parler de "cartes cartes fleur".

    Ces cartes, vous les avez peut être croisées quelque part sans vraiment savoir quels jeux y étaient associés et encore moins leur histoire... Vous en avez peut être rencontrées dans des jeux Nintendo, dans un Anime ou même dans une certaine chanson Vocaloid... Néanmoins l'histoire se cachant derrière ces cartes est évidemment bien plus ancienne que ces apparitions. 

    Aujourd'hui, dans Samurai Neko no Nihongo, nous allons nous plonger pour le première fois dans une catégorie en somme assez inédite sur le blog: les jeux de société japonais ! Prêts à vous embarquer dans l'histoire des Hanafuda à travers les âges ? Alors c'est parti !

     

    Les premières cartes japonaises : les Tenshô Karuta 

    Les Hanafuda sont des cartes actuellement utilisées dans une grande variété de jeux de cartes au Japon de nos jours. Mais où tout cela a commencé ?

    Tout a commencé en Europe, ironiquement, et plus exactement en Navarre avec l'histoire du missionnaire chrétien Saint Francis Xavier. Lors de sa vie, il a pu effectuer différentes missions dans certains pays d'Asie, notamment en Inde et en Asie du Sud, en passant par les colonies portugaises de l'époque où le christianisme était déjà implanté. C'est en 1547 qu'il rencontra un japonais du nom d'Anjirô, qui avait entendu parler de ses prouesses et avait fait la route de Kagoshima jusqu'à Malacca en Espagne pour le rencontrer. Plus exactement, le fait qu'il ait assassiné quelqu'un faisait de lui une cible prioritaire à abattre au Japon et il avait fui son pays par peur de représailles. En arrivant à Malacca il fit sa confession à Xavier. Il fut le premier japonais chrétien et aida Xavier dans ses missions. C'est en 1549 que Francis Xavier arriva au Japon avec trois autres jésuites, en tant qu'envoyé du roi du Portugal. 

    Lors de cette mission, des jeux de cartes portugais furent également amenés au pays du soleil levant. Ces cartes ressemblaient de plus ou moins loin aux cartes de pique, trèfle, coeur et carreau que nous connaissons très bien aujourd'hui. Elles consistaient en un jeu de 48 cartes de 4 familles : Espadas (l'épée), Copas (la coupe), Ouros (la pièce d'or) et Paus (la massue). Ces 4 familles étaient divisées en 12 niveaux: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, Page, Chevalier, Roi. Elles furent accueillies avec grand succès au Japon. 

    Portuguese type pack with ‘dragon’ aces made in Belgium by Mesmaekers Frères, Turnhout, c.1875-1900

    Exemple de cartes portugaises, ici cartes de massue et d'épée 

     

    Les premières cartes japonaises inspirées des cartes portugaises firent leur apparition au cours de la période Tenshô (1573-1592). Elles portent d'ailleurs le nom de la période, et se nomment Tenshô Karuta (天正カルタ). En observant le deck, on voit bien l'absence de 10 caractéristique des cartes portugaises de l'époque ainsi que les 4 familles divisées en 12 niveaux. Un peu plus tard les pièces furent remplacées par des fleurs et le chevalier par un cheval. 

     

    Les premières cartes Japonaises issues des cartes portugaises, les Tenshô Karuta

     

    L'évolution des cartes pendant le Sakoku : 

    Cependant, en 1633, voyant l'influence des portugais augmenter sous la forme de colonies grandissantes en Chine et en Inde, le shogunat Tokugawa prit la décision d'initier la politique du Sakoku (鎖国 = pays fermé) de peur de devenir lentement mais sûrement une énième colonie du Portugal. Cette politique, qui dura de 1633 à 1853, était régie par des règles très strictes: 

    - Interdiction pour les japonais de sortir du pays quelque soit le prétexte. Ce crime est puni par la peine de mort. 

    - Tout japonais revenant de l'étranger doit être mis à mort. 

    - La tête des prêtres chrétiens est mise à prix 400 à 500 feuilles d'argent.

    - Toute personne propageant la foi chrétienne sera emprisonnée.

    - Les portugais et leur famille sont bannis du Japon et redirigés vers Macao, en Chine (colonie portugaise).

    - Toute personne possédant une lettre de l'étranger doit être mise à mort.

    - Toute personne essayant d'interférer avec la mise à mort d'une personne ne respectant pas le Sakoku doit être mise à mort.

    - Aucun noble ni soldat ne doit "souffrir" d'acheter des biens provenant de l'étranger. 

     

    Autrement dit, les jeux de cartes provenant de l'étranger, comme beaucoup de choses provenant de l'étranger hormis quelques exceptions, ont été bannis à partir de 1633. Malgré cela, le goût des japonais pour les jeux de cartes ne s'est pas éteint avec la disparition des cartes européennes. Ceux-ci ont créé leurs propres jeux de cartes à la suite du Sakoku. En effet, les jeux de cartes en eux-mêmes n'ayant pas été bannis, d'autres types de cartes ont vu le jour en remplacement des Tenshô Karuta désormais prohibées.

     

    Les Unsun Karuta : 

    Ce type de carte fut suivi à la fin du 17e siècle par un jeu de 75 cartes représentant des guerriers Chinois et Japonais en armure, appelé Unsun Karuta. Le terme d'Unsun Karuta étant dérivé des mots portugais "un" (un) et "sun" (le meilleur). Ici la grande différence est l'apparition de  la famille "guru" (reconnaissable au symbole mitsudomoe) à côté des familles initiales. Le nom de "guru" vient du terme guruguru signifiant "tourner en rond", ce qui sied parfaitement au symbole mitsudomoe, qui ressemble en effet à une roue. 

    Autre changement structurel: en plus des 9 chiffres habituels, nous avons ici affaire à 6 cartes de "têtes" au lieu de 3 dans les jeux portugais: Un (un dieu de bonne fortune), Sun (un seigneur Chinois), Sota (une jeune fille), Robai (un Dagon portugais transféré à la cour du Japon), Kiri (un soldat d'infanterie) et Koshi (un roi ou autre tête couronnée). 

    Ce type de jeu était beaucoup plus complexe qu'avec les Tenshô Karuta et ces cartes gagnèrent progressivement en popularité. Elles possédaient un potentiel pour être utilisées dans des jeux d'argent. Faute de quoi ces cartes furent bannies par le gouvernement en place. Ce type de carte est donc tombé dans l'oubli dans tout le Japon... partout ? Non ! Une région d'irréductibles joueurs d'Unsun Karuta ont réussi à résister à la prohibition jusqu'à aujourd'hui et c'est grâce à eux d'ailleurs que nous pouvons encore avoir des informations sur ces cartes: ce sont les gens de la région d'Hitoyoshi (préfecture de Kumamoto). 

    Mais est-ce que la condamnation par le shogunat Tokugawa d'un jeu de cartes a suffi à réprimer l'envie des japonais de jouer aux cartes ? Bien sûr que non. Le gouvernement a été irrité de voir que des jeux de cartes d'inspiration européenne voyaient le jour et qu'ils étaient utilisés pour des jeux d'argent ? Les Japonais ont alors remonté leurs manches et rivalisé d'inventivité pour passer au-delà de l'austérité du Sakoku. 

    Les Unsun Karuta, inspirées des cartes portugaises mais avec une touche japonaise

     

    Les Sunkun Karuta :

    Peu après la prohibition de 1702, les Sunkun Karuta virent le jour. Là encore, le deck initial est complexifié par l'ajout de la famille flèche (Ya) et  voit s'ajouter une carte de tête du nom de Kun. De plus, une carte dragon a été ajoutée à chacune des familles, à l'instar des decks portugais. Cependant, en raison du nombre important de cartes apportant encore de la complexité au jeu, ce type de cartes n'aura pas gagné la popularité des joueurs et sa production cessa autour du 18e siècle. 

     https://japanplayingcardmuseum.com/img/2-5-19-Sunkunkaruta-Ya-Unsunkaruta-1.jpg

     

    Des exemples de Sunkun Karuta

     

     

    Les Mekuri Karuta :

    Toujours dans l'optique d'échapper à la prohibition, les Mekuri Karuta, remplacent les formes rappelant les cartes portugaises par des formes beaucoup plus abstraites. De très nombreuses variétés de cartes virent alors le jour dans cette période malgré les restrictions, dont les Komatsufuda (小松札) qui sont les seules de ces cartes à encore être utilisées dans un jeu de nos jours. Vous trouverez ici un lien vers un musée virtuel des cartes japonaises inventoriant les différentes Mekuri Karuta, dont les variantes diffèrent selon les régions, de quoi éveiller votre curiosité. 

    Les Komatsufuda, les seules Mekuri Karuta encore utilisées en jeu aujourd'hui

     

    D'un point de vue structurel, la similitude avec les cartes portugaises était assez flagrante, 4 familles de 9 cartes de "chiffres" et de 3 cartes de "têtes". Cependant nous avons affaire ici à des formes abstraites fortement éloignées des représentations originelles. Ces cartes étaient utilisés pour jouer au jeu du Mekuri, un jeu d'argent qui lui valut de tomber encore une fois dans le viseur de la politique du Sakoku et qui fut banni en 1791. 

     

    Les Kabu Karuta :

    Les Kabu Karuta sont un dérivé des Mekuri Karuta apparu plus tard dans le 18e siècle. Etant donné que les familles n'importent pas dans les jeux de Kabu (jeu dont l'objectif est d'atteindre le nombre le plus proche de 9), les cartes ne sont plus différenciées entre les familles. Nous avons ici affaire à un jeu de 40 cartes avec 4 fois 10 cartes allant de 1 à 10. Ce type de de cartes est utilisé également pour les jeux d'argent. 

     

    Un exemple de Kabu Karuta

     

    Mais est-ce que la condamnation par le shogunat Tokugawa d'un jeu de cartes a suffi à réprimer l'envie des japonais de jouer aux cartes ? Bien sûr que non. Une fois un type de cartes banni, d'autres virent le jour avant d'être eux-mêmes bannis et de laisser place à un autre type de cartes, et ainsi de suite... D'une manière générale, les jeux étaient bannis car les cartes étaient numérotées, ou présentant des figures guerrières comme les européennes. C'est pourquoi un tout nouveau type de cartes, cette fois ci exemptes de numérotation, virent le jour. C'est à partir de ce moment que les Hanafuda firent leur apparition. 

     

     Les Hanafuda, cartes passant au-delà de la prohibition :

    Nous voilà dans le coeur du sujet de cet article: les Hanafuda, créées aux alentours de 1816. Ces cartes, composés de 12 familles de mois et de 4 rangs, étaient utilisées pour jouer au Hana Awase. Au niveau graphique, elles mettent en scène des plantes et animaux, ce qui leur fait s'éloigner fortement des cartes portugaises initiales. Elles connurent un succès chez les joueurs japonais mais n'étaient pas très adaptées aux jeux d'argent. Cela leur valut de survivre à la prohibition jusqu'en en 1868, marquant le début de l'ère Meiji. 

    Le début de l'ère Meiji marque la fin du Shôgunat et la restauration de l'Empire. Avec la fin du Shôgunat Tokugawa se lèvent également les lois du Sakoku et ses prohibitions associées. Le Japon passe d'une période de repli sur soi à une période d'ouverture vers l'extérieur et de modernisation technologique qui dans un premier temps sera surtout militaire. En effet, l'Amiral Perry et ses gunboats avaient obligé en 1854 le Japon à assouplir sa politique de Sakoku... Ce fossé technologique observé fut l'un des déclencheurs de la déchéance du Shôgunat et de la restauration de l'Empire. 

    A partir de 1868 donc, début de l'ère Meiji, les jeux de cartes furent tolérés par le gouvernement.

     

    De la prohibition à la production de masse :

     Pendant environ 300 ans, les jeux de cartes ont été interdits au Japon suite à l'adoption de la politique du Sakoku. Alors que les dernières descendantes des cartes portugaises, les Hanafuda, virent le jour, une entreprise surfa sur leur succès pour en faire son fond de commerce. Et c'est d'ailleurs une entreprise que vous connaissez probablement très bien. Je dirais même, il est impossible de ne pas connaître de près ou de loin cette entreprise en 2021 à moins de vivre dans une grotte depuis plusieurs dizaines d'années. Allez, Samurai Neko va vous mettre sur la voie... Si je vous dis jeux vidéo, super Mario bros, the legend of Zelda, Famicom, Game & Watch, Game boy, Gamecube, Wii... cela vous met la puce à l'oreille ? Oui, je parle bel et bien de Nintendo, vous n'êtes pas fous, nous sommes en 1889. Avant d'être la figure emblématique du jeu vidéo que nous connaissons si bien aujourd'hui, Nintendo était spécialisée dans... la production et la vente d'Hanafuda

    En 1889, Fusajiro Yamauchi fonda les ateliers Nintendo à Kyôto. Même s'ils ont connu de bons débuts leur imposant de recruter pour produire en masse les Hanafuda, le fait d'opérer sur un marché de niche avec un process lent et couteux ne rendit pas les choses faciles. De plus, les cartes produites étant chères et durables, le remplacement de celles-ci était rare. En conséquence, Nintendo commença à produire des cartes Tengu, de moindre qualité et bon marché tout en faisant profiter d'autres villes comme Osaka de leur offre.

    En 1950, les Hanafuda traditionnellement faites main et peintes avec soin furent remplacées par des cartes en plastique. D'autres sous-gammes de cartes furent également créées en plus des traditionnelles, comme les cartes Disney ou les cartes pour adultes... Malgré des publicités à la télévision, la popularité des Hanafuda s'est un peu essoufflée à l'aube des années 70, ce qui obligea Nintendo à prendre un virage progressif vers d'autres jeux de société populaires au japon (shogi, mahjong, go...) et vers les jeux électroniques, et enfin vers les jeux vidéo à partir de 1973.

    Néanmoins, malgré ce virage vers les jeux vidéo, Nintendo reste fidèle à son passé et vend toujours des Hanafuda, cette fois ci aux couleurs des protagonistes des séries Mario par exemple.

    Hanafuda | Nintendo | Fandom

     Entre tradition et modernité : le jeu Honke Hanafuda sur Super Famicom (Super NES en Europe)

     

    Hanafuda: Apprendre à jouer :

     De Sir Francis Xavier à Nintendo, nous avons parcouru de nombreux siècles d'Histoire pour en arriver aux célèbres cartes que nous connaissons aujourd'hui. Vous êtes désormais incollables sur l'histoire des cartes au Japon (il y a bien sûr d'autres cartes, comme les Uta garuta, mais je ne vais pas surcharger cet article qui sera déjà conséquent pour que nous nous concentrons sur les Hanafuda, les autres cartes seront traitées dans des articles ultérieurs). C'est une bonne chose, mais vous ne savez toujours pas comment jouer, c'est assez problématique. Ne vous inquiétez pas, c'est ce que nous allons aborder désormais.

    Intéressons nous tout d'abord aux cartes. Comme mentionné précédemment, le jeu comporte 12 familles correspondant chacune à un mois. La liste de cartes ci-dessous met en évidence des similitudes entre les cartes d'un même mois: la plante représentée est la même pour toutes les cartes et vous permettra de les reconnaître. Le cœur des jeux sera de faire des combinaisons de cartes, il vous faudra pour cela bien les reconnaître. Alors soyez bien attentifs ! Voici les plantes pour chaque mois (de gauche à droite et de haut en bas) :

    - Janvier : le pin (松 : Matsu)

    - Février : l'abricotier du Japon (梅: Ume)

    - Mars : la fleur de cerisier (桜: Sakura) 

    - Avril : la Glycine (藤: Fuji)

    - Mai : l'Iris d'eau japonais (菖蒲 : Ayame)

    - Juin : la Pivoine (牡丹 : Botan)

    - Juillet : le trèfle japonais (萩 : Hagi)

    - Août : l'herbe Susuki (薄 : Susuki)

    - Septembre: le Chrysanthème (菊 : Kiku)

    - Octobre : l'Erable japonais (紅葉 : Momiji)

    - Novembre : le Saule (柳 : Yanagi)

    - Décembre : le Paulownia (桐 : Kiri)

     

    Chaque mois est composé de quatre cartes.

    Il y a plusieurs types de cartes. Les voici par ordre d'importance :

    - Les "Kasu" (カス) : Les cartes sans particularité

    - Les "Tanzaku" (短冊) : Les cartes avec ruban rouge, les cartes avec ruban violet (青短: Aotan) et les cartes avec ruban rouge avec poème écrit (赤短 : Akatan)

    - Les "Tane" (タネ/種) : Les cartes avec des animaux : Bouscarle chanteuse de février, Coucou d'avril, Pont à 8 planches de mai, Papillons de juin, Sanglier de juillet, Oies d'août, Saké de septembre, Cerf d'octobre, Hirondelle de novembre

    - Les "Hikari" (光) : La grue de janvier, le rideau de campement de mars, la lune d'août, Ono no Michikaze (homme au parapluie) de novembre, le Phoenix chinois de décembre

      20180601065251082.png

     Les règles du jeu du Koi Koi :

    Le Koi Koi est un jeu se jouant à 2 joueurs.

    L'objectif de ce jeu est de gagner le plus de points en formant des Yaku (combinaisons de cartes).

    Une partie se déroule en 12 manches (correspondant aux douze mois de l'année) ou éventuellement en 6 manches pour une partie plus rapide.

    La première étape de jeu est de déterminer qui est l'Oya (親 = parent), c'est à dire la personne allant distribuer les cartes tandis que l'autre joueur sera l'enfant 子. Pour cela, chacun des joueurs pioche une carte. Le joueur qui tombe sur la carte correspondant au mois le plus tôt devient l'Oya. Si les deux joueurs ont une carte du même mois, la carte valant le plus de points déterminera l'Oya :

    - Hikari : 20 points

    - Tane : 10 points

    - Tanzaku : 5 points

    - Kasu : 1 point

    S'il y a encore une fois égalité, chacun doit piocher de nouveau une carte et recommencer la procédure.

    Une fois l'Oya déterminé, l'Oya commence à jouer,  puis son adversaire, et ainsi de suite à tour de rôle.

    L'Oya distribue à chaque joueur 8 cartes face cachée, ce sera la main du joueur : 手札 (Tefuda). Il place ensuite 8 cartes au centre, face visible (場札 Bafuda). Le reste des cartes est placé sur une pile au milieu du jeu (山札 Yamafuda).

    Avant de commencer le jeu à proprement parler, les deux joueurs vérifient s'ils ont un Yaku intégré dans leur jeu. Deux Yaku sont possibles à ce moment :

    TESHI (手四) : Avoir 4 cartes d'un même mois.  (6 points)

    KUTTSUKI (くっつき) : Avoir 2 cartes pour 4 mois différents. (ex: 2 cartes de janvier, de février, juin et octobre) (6 points)

    La phase de jeu peut ensuite commencer.

     Organisation de la table de jeu

     

    L'organisation d'un tour se passe de la manière suivante:

    Etape 1 : Le joueur regarde s'il a dans son jeu une carte du même mois qu'une des cartes du Bafuda. Si c'est le cas, il peut former une paire de deux cartes de même mois (1 de son jeu et 1 du Bafuda) et la placer de côté. Seule une paire peut être formée à cette étape. Il prend ensuite une carte du Yamafuda qu'il place face visible au niveau du Bafuda.

    S'il n'a pas de possibilité de former une paire avec une des cartes du Bafuda, il défausse une de ses cartes dans le Bafuda. Il prend ensuite une des cartes du Yamafuda qu'il place face visible au niveau du Bafuda.

    Etape 2 : Après avoir posé la carte du Yamafuda dans le Bafuda, le joueur vérifie si la carte qu'il vient de placer dans le Bafuda peut former une paire avec d'autres cartes du Bafuda. Si c'est le cas, il récupère la paire. Sinon, il laisse le Bafuda tel quel. Seule une paire peut être formée à cette étape.

    Etape 3: Le joueur vérifie s'il peut former un Yaku avec les cartes récupérées depuis le début du jeu.

     

    Les combinaisons (Yaku) :

     

    KASU (カス) : Avoir 10 cartes "Kasu".  C'est l'une des plus faibles combinaisons possibles. Un point supplémentaire est accordé pour chaque carte Kasu en supplément de cette paire de 10. (1 point)

    カス

     

    TAN (タン) : Avoir 5 rubans de couleurs différentes (rouge, violet, poésie). Un point supplémentaire est accordé pour chaque carte Tanzaku en supplément de cette paire de 5. (1 point)

    タン

     

    TANE (タネ) : Avoir 5 animaux. Un point supplémentaire est accordé pour chaque carte Tane en supplément de cette paire de 5.  (1 point)

    タネ

     

    TSUKIMI DE IPPAI (月見で一杯): "Boire du saké en regardant la lune" (lune d'août + saké de septembre). Uniquement si la règle "Tsukimi de ippai est active. (5 points)

    月見で一杯

     

    HANAMI DE IPPAI (花見で一杯) : "Boire du saké en regardant les cerisier éclore" (rideau de campement de mars + saké de septembre). Uniquement si la règle "Hanami de ippai est active. (5 points)

    花見で一杯
      

    AOTAN (青短) : Avoir les 3 rubans bleus du jeu. (5 points)

    青短

     

    AKATAN (赤短) : Avoir les 3 rubans rouges de poésie du jeu. (5 points)赤短

     

    INOSHIKACHOU (猪鹿蝶): Avoir le sanglier de juillet, le cerf d'octobre et le papillon de juin. (5 points)猪鹿蝶

     

    SANKOU (三光) : "Trois lumières" : Avoir 3 cartes lumières, Ono no Michikaze exclu(5 points)三光

     

    AMESHIKOU (雨四光) : Avoir Ono no Michikaze en plus de 3 lumières. (7 points)雨四光

     

    SHIKOU (四光) : "Quatre lumières" : Avoir 4 cartes lumières, Ono no Michikaze exclu(8 points)四光 

    GOKOU (五光) : "Cinq lumières" : Avoir les 5 cartes lumières  (10 points)五光

     

    Si le joueur peut former un Yaku, deux choix s'offrent à lui:

    - KOI KOI (こいこい) : Ce mouvement permet de continuer le jeu après la réalisation d'un Yaku pour effectuer un Yaku supplémentaire. Attention en revanche, si l'adversaire peut faire un Yaku avant, celui-ci pourra doubler ses points tandis que le joueur ayant initié le Koi Koi n'aura rien. Dans la règle officielle de Nintendo, il n'est possible de faire qu'un seul Koi Koi par mois. Il existe une règle additionnelle où il est possible d'effectuer plusieurs Koi Koi à la suite, mais cela n'est pas sans risque (elle est d'ailleurs très souvent utilisée, au point même qu'on s'étonne de voir la règle originale). 

    A chaque Koi Koi remporté, les points des Yaku marqués sont multipliés par 2. Pour 2 Koi Koi, seuls les points de la main seront doublés. Cependant si le 2e Yaku vaut 7 points ou plus, son score est quadruplé.   

    - SHOUBU (勝負) : Ce mouvement permet de terminer la manche. Le joueur ayant formé un Yaku récupère ses points (plusieurs Yaku peuvent être formés en même temps dans certains cas). C'est un mouvement sécurisé permettant de gagner des points sans risque, mais le gain est évidemment plus faible. 

    C'est souvent un pari de déterminer à la fois ce que l'on peut faire et les Yaku pouvant être potentiellement formés par le joueur adverse. 

    S'il ne peut pas former de Yaku, c'est au tour de l'adversaire.

     

    A la fin du mois, le gagnant deviendra l'Oya du prochain mois.

    Si aucun des joueurs n'a réussi à former de Yaku, aucun des joueurs ne gagne de point (match nul), et l'Oya reste l'Oya du prochain mois. 

     

    Règles additionnelles (nintendo) :

    - Si les Yaku du joueur égalent une valeur de 7 points ou plus, ses points sont doublés. Cela est valable pour chaque Yaku et peut s'additionner si le joueur fait un Koi Koi. 

    - Le Saké est une carte animal mais peut être aussi jouée en "joker" avec des cartes Kasu. Ainsi 9 Kasu + la carte Saké permettent de faire une combinaison Kasu (1 point). 

     

    Règles additionnelles :

    - Règle de l'Oya Ken : Si personne ne forme de Yaku, l'Oya gagne 6 points.

    - Règle du Gaji: Si joue la carte de l'éclair de novembre ou le retourne du Yamafuda, celui-ci peut faire une paire avec n'importe quelle autre carte du Bafuda. Cette règle ne peut pas être jouée si l'un des joueurs a la carte dans son jeu dès le début. Une fois les cartes capturées, celles-ci sont mises de côté avec la carte d'éclair de novembre. A la fin du jeu, toutes les cartes capturées avec l'éclair de novembre pourront être utilisées pour capturer les cartes restantes dans le Bafuda. 

    - Règle du Hiki : Si un joueur voit au total 4 cartes d'un même mois (c'est à dire 3 dans main et 1 sur le Bafuda/2 dans sa main et dans le Bafuda/1 dans sa main et 3 dans le Bafuda/4 dans sa main), il peut faire "Hiki" et capturer les 4 cartes. Si 3 cartes d'un même mois sont présentes dans le Bafuda et qu'un joueur tourne dans la pioche la 4e, il peut capturer les 4 à la fois. Attention toutefois: un joueur ne peut pas faire Hiki pour interrompre un joueur sur le point de faire une paire, sauf si la carte piochée par l'adversaire sur le Yamafuda est l'éclair de novembre. Dans ce cas il doit interrompre l'éclair de novembre et capturer le Hiki. L'adversaire devra alors utiliser son éclair de novembre pour capturer une autre carte dans le Bafuda.

     

    Autres jeux utilisant les Hanafuda :

     Nous avons vu ensemble les règles du Koi Koi, un jeu japonais célèbre utilisant les Hanafuda. Mais il existe de nombreux autres jeux utilisant ces cartes. Nous ne les aborderons pas en détail dans cet article mais ils le seront dans un article ultérieur. Car nous avons ici concentré notre énergie sur le Japon, mais ces cartes ont également donné naissance à d'autres jeux en Corée et à Hawaï. En attendant cet article, voici des exemples de jeux :

    Jeux japonais :

    - Hachi Hachi : Jeu de 2 à 7 joueurs dont le but est de capturer le plus de cartes possibles et de faire des Yaku à haute valeur.

    - Hana Awase : Jeu à 3 joueurs dont le but est de capturer des cartes en faisant des paires pour former des Yaku.

    - Mushi : Jeu à 2 joueurs ressemblant au Koi Koi mais ne se jouant qu'avec 40 cartes (sans les cartes de juin et juillet) et utilisant l'éclair de novembre en joker

    - Oicho Kabu : Jeu dont l'objectif est d'être le plus proche de 9 avec 2 ou 3 cartes.

    - Roppyaken : Jeu de 2 à 3 joueurs dont l'objectif est d'arriver à 600 points en 3 mains

    Jeux coréens :

     - Godori (Go Stop) : Jeu de 2 à 7 joueurs où l'objectif est de faire des combinaisons en capturant des cartes et où les joueurs peuvent choisir de continuer ou d'arrêter

    - Seotda : Jeu traditionnel coréen souvent considéré comme le "poker asiatique" où les joueurs font des paris

    Jeux hawaïens :

    - Sakura : Jeu de 2 à 7 joueurs étant une variante du Koi Koi Japonais 

     

    Et ce n'est que la partie immergée de l'iceberg ! Il y a en effet une multitude de jeux utilisant les Hanafuda, seuls les plus connus ont ici été cités. Il y en aurait en tout environ 70, dont certains sont plus faciles à trouver sur le net que d'autres.

    J'espère que cet article vous aura plu. De Francis Xavier jusqu'à Samurai Neko no Nihongo, le chemin aura été long jusqu'au jour ou vous avez découvert les cartes Hanafuda. Il ne vous reste maintenant plus qu'à expérimenter votre jeu soit en achetant des cartes Hanafuda et en jouant avec vos amis, soit en jouant en ligne. Voici un site qui vous permettra d'aiguiser votre technique de Koi Koi contre des japonais. Si le coeur vous en dit, vous pouvez également rejoindre notre serveur discord pour jouer avec nous aux jeux utilisant les cartes Hanafuda !

    En attendant les prochains articles sur les jeux japonais, je vous souhaite de continuer à passer du bon temps sur Samurai Neko no Nihongo ! Prenez soin de vous et amusez-vous bien avec vos amis au Hanafuda !

     

    またね

    侍猫

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

     Et vous, êtes vous aussi perplexe que ce chien devant les Kanji ? 

     

    Voilà un moment que nous n'avions plus parlé des Kanji ! Trop longtemps, ne trouvez-vous pas ? Cela vous aura laissé le temps d'apprendre avec ferveur les Kanji déjà cités dans les 6 derniers cours, certes. Et voilà  un 7e opus sur le Kanji Kentei niveau 10 qui s'offre à vous... Une fois ce cours appris, il ne vous restera plus que 24 Kanji à apprendre avant d'être apte à l'examen... Vous n'avez jamais été aussi près du but. Alors il est temps de se retrousser les manches et de se relancer dans l'aventure !

     

     

    立: Stroke Order Diagram

    ON Yomi: りつ、りゅう

    KUN Yomi: た(つ)、たち、た(てる)、た(て)

    Nombre de traits: 5

    Exemples: 

    • 立つ (つ) : se lever, dresser, être debout
    • 立ちぬ (たちぬ) : se lever 
    • 立てる (てる) : commencer à se lever 
    • 立憲 (りっけん) : constitutionnel
    • 独立 (どくりつ) : indépendance
    • 独立宣言 (どくりつせんげん) : déclaration d'indépendance
    • 中立 (ちゅうりつ) : neutralité
    • 国立 (こくりつ) : national
    • 立派 (りっぱ) : magnifique, exceptionnel 
    • 両立 (りょうりつ) : coexistence, comptabilité
    • 旅立つ (たびつ): partir en voyage 
    • 私立 (しりつ) : privé
    • 市立 (しりつ): municipal 

     

    六: Stroke Order Diagram 

    ON Yomi: ろく

    KUN Yomi: む(つ)、むい、むっ(つ)

    Nombre de traits: 5

    Exemples: 

     

    字: Stroke Order Diagram 

    ON Yomi: じ

    KUN Yomi: /

    Nombre de traits: 6

    Exemples: 

    • 字 () : caractère, lettre
    • 太字 (ふと) : caractère gras
    • 漢字 (かん) : caractère chinois
    • 活字 (かつ) : caractère d'imprimerie
    • 苗字 (みょう) : nom de famille
    • 数字 (すう) : chiffre
    • 字画 (じか) : trait 
    • 文字 (ぶん) : système d'écriture 
    • 赤字 (あか) : déficit, perte 
    • 黒字 (くろ) : bénéfice, excédent

     

    耳: Stroke Order Diagram

    ON Yomi: じ

    KUN Yomi: みみ

    Nombre de traits: 6

    Exemples: 

    • 耳 (みみ) : oreille
    • 中耳炎 (ちゅえん) : otite moyenne
    • 早耳 (はやみみ) : toujours au courant
    • 耳鼻科 (びか) : otorhinolaryngologie (ORL)

     

    手: Stroke Order Diagram

     ON Yomi: しゅ、ず 

    KUN Yomi: た、て

    Nombre de traits: 4

    Exemples: 

    • 手 () : main
    • 相手 (あい) : partenaire, adversaire 
    • 拍手 (はくしゅ) : applaudissements
    • 話し手 (はなし) : locuteur
    • 歌手 (かしゅ) : chanteur
    • 騎手 (きしゅ) : écuyer, jockey
    • 売り手 (うり) : vendeur
    • 右手 (みぎ) : main droite 
    • 手紙 (がみ) : lettre
    • 運転手 (うんてんしゅ) : chauffeur 
    • 手伝う (つだう) : aider 
    • 選手 (せんしゅ) : joueur (sport, jeu)

     

    土: Stroke Order Diagram

    ON Yomi: ど、と 

    KUN Yomi: つち

    Nombre de traits: 3

    Exemples: 

    • 土 (つち) : sol, terre
    • 土木 (ぼく) : travaux publics
    • 土木工学 (ぼくこうがく) : génie civil
    • 土星 (せい) : Saturne
    • 土曜日 (ようび) : Samedi
    • 土地 (ち) : terrain, territoire
    • 土台 (だい) : fondations
    • 国土 (こく) : pays, domaine 
    • 粘土 (ねん) : argile
    • 土産 (やげ)  : cadeau

     

    男: Stroke Order Diagram

    ON Yomi: だん、なん  

    KUN Yomi: おとこ

    Nombre de traits: 7

    Exemples:

    • 男子 (だんし) : jeune homme
    • 男女 (だんじょ) : les hommes et les femmes
    • 男性 (だんせい) : sexe masculin
    • 長男 (ちょうなん) : fils aîné
    • 次男 (じなん) : fils cadet
    • 美男子 (びだんし) : un bel homme
    • 男の子 (おとこのこ) : un petit garçon
    • 男爵 (だんしゃく) : baron
    • 男尊女卑 (だんそんじょひ) : domination de l'homme par rapport à la femme (idiome utilisé pour dénoncer le sexisme)

    二: Stroke Order Diagram

     

     

     

    ON Yomi:  

    KUN Yomi: ふた、ふた(つ)、ふたた(び)

    Nombre de traits: 2

    Exemples:

    • 二番目 (ばんめ) : le deuxième (cf. cours sur les compteurs, ici compteur de classement)
    • 二分 (ふん) : deux minutes (cf. cours sur les compteurs, ici compteur de minutes)
    • 二人 (ふたり) : deux personnes (cf. cours sur les compteurs, ici compteur de personnes)
    • 二日 (ふつか) : le deuxième jour du mois (cf. cours sur les compteurs, ici compteur de jours)
    • 第二 (だい ) : le deuxième (cf. cours sur les compteurs, ici compteur de classement)
    • 二泊 (はく) : halte de deux nuits
    • 二次 (じ) : secondaire
    • 二者択一 (しゃたくいつ) : choix entre deux options
    • 二伸 (しん) : post-scriptum

     

    Et voilà notre 7e volet du Kanji Kentei qui se termine... J'espère que cela vous aura plus. Vous pouvez remarquer que certains des kanji que nous avons appris se ressemblent fortement. C'est le cas notamment de 学, 子 et 字. Retenir les mots associés à ces Kanji vous permettra de reconnaître dans quel cas utiliser tel ou tel Kanji. Nous retrouvons également le piège des irrégularités, se rencontrant surtout pour les Kanji associés aux chiffres, même si des changements de consonne peuvent se produire dans certains cas (exemple ici de 旅立つ). Nous pouvons même rencontrer des prononciations totalement atypiques comme dans 土産. Ici, aucun moyen logique de retrouver la prononciation. Nous sommes sur des prononciations à apprendre par coeur.  

    Vous voici mine de rien à 70% de votre objectif. Félicitations ! Si vous avez envie de consolider vos consolider vos connaissances ou de vérifier vos acquis, n'hésitez pas à revenir sur les cours précédents, c'est avec cette stratégie que vous arriverez en bonne condition pour l'examen. Et puis, avouez, même si vous ne préparez pas l'examen du Kanji Kentei, c'est toujours enrichissant d'apprendre du vocabulaire. Vous pourrez désormais briller en société en expliquant à vos amis comment dire Baron en japonais et quel est l'idiome utilisé par de nombreuses femme pour dénoncer les situations de sexisme. Vous pourrez même briller encore plus en disant que l'expression 男尊女卑 date de l'ère Meiji (1868-1912) où les premières prises de conscience sur le sexisme au Japon ont eu lieu. Ironiquement le véritable mot désignant "sexisme" (性差別 (せいさべつ): discrimmination selon le sexe) est relativement peu utilisé en comparaison à 男尊女卑.

    En bref, je vous souhaite un bon apprentissage des Kanji et surtout de continuer à vous instruire en vous amusant sur Samurai Neko no Nihongo !

    またね

    侍猫

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • 初詣】Hatsumōde | Japan Amino

    L'Hatsumoude, l'évènement à ne pas manquer en ce début d'année au Japon... mais à quoi renvoie cette tradition ? Samurai Neko vous dit tout !

     

     

    Nous sommes en janvier, nous venons passer la nouvelle année et sommes désormais en 2021. Bonne année à tous ! Nous faisons des vœux qui se réalisent rarement, des résolutions que nous ne tenons pas toujours... mais qu'en est-il au Japon ? Le programme du nouvel an est assez rempli au niveau des sanctuaires shintô et des temples bouddhistes. La première visite dans un sanctuaire Shintô le jour de l'an s'appelle Hatsumoude (初詣). Aujourd'hui, nous allons nous intéresser aux origines de cette étiquette particulière et à ce que signifie encore ce jour à notre époque. 

     

    Les origines de l'Hatsumoude :

    Les vacances du Nouvel An sont l'un des évènements les plus importants dans l'année au Japon. Mais les origines de l'Hatsumoude ne datent pas d'hier: en effet, cet évènement remonte à l'ère Heian (794-1185) où les prières se faisaient dans le sanctuaire familial, situé dans une pièce séparée. Les divinités étaient donc supposées passer de foyer en foyer pour bénir les familles... une tâche Dantesque ! Pendant l'ère Edo (1603-1868), la volonté de diminuer la charge de travail des divinités a fait que les japonais n'allaient plus prier dans leur propre sanctuaire mais dans le sanctuaire public le plus proche du ehou (恵方: "direction chanceuse") de l'année en cours. Par exemple, l'ehou de cette année est de 165°, il faudra donc vous diriger vers le sanctuaire le plus proche se trouvant dans cette direction. 

    Mais d'où sortent ces ehou ? Le concept vient en fait du zodiaque chinois. Pour les personnes ne comprenant pas vraiment le concept d'ères, j'en traite dans cet article. J'y traite également du cycle sexagésimal du zodiaque chinois, qui est utilisé également pour calculer les ehou. Dans le cas de l'année 2021, nous entrons dans une année du Buffle de métal, ce qui correspond à un ehou  orienté vers le sud est. 

    Le jour de l'Hatsumoude était à l'époque un moyen de célébrer le passage des froideurs de l'hiver à des températures printanières, correspondant à l'éclosion des cerisiers. Etrange ? En effet, le calendrier était un calendrier lunaire basé sur les phases de la lune et la longitude écliptique du soleil. le Nouvel an pouvait arriver en plein mois de Mars au lieu du 1er Janvier actuel... Ce n'est qu'en 1873, au début de l'ère Meiji, que le Japon adopte le calendrier grégorien, utilisé actuellement dans la majorité des pays du monde. 

     

    La tradition de l'Hatsumoude :

    De nos jours, les japonais visitent un sanctuaire entre le 1er et le 3 Janvier. La plupart des gens ont des congés sur cette période, appelée Sanganichi (littéralement: "les trois jours"). Mais étant donné la foule répartie sur ces périodes (et plus particulièrement aujourd'hui...), il n'y a également aucun problème à y aller un peu plus tard.

     

    Première étape: le Temizu

    Le jour de l'Hatsumoude, trois grandes traditions sont réalisées par les japonais: le lavage des mains, la prière aux divinités et l'Omikuji.

    Il y a un ordre bien spécifique d'étapes à réaliser (comme déjà mentionné dans l'article sur la visite guidée d'un sanctuaire Shintô) pour prier correctement pour la bonne fortune. La première étape consiste à se laver les mains, qui est une opération bien codifiée: le Temizu

    1) Prendre le louchet avec la main droite et prélever de l'eau du bassin avec

    2) Rincer sa main gauche avec l'eau du louchet

    3) Prendre le louchet avec la main gauche et prélever de l'eau du bassin avec

    4) Rincer sa main gauche avec l'eau du louchet

    5) Verser de l'eau dans le creux de sa main gauche et se rincer la bouche avec

    6) Toujours en tenant le louchet dans la main droite, prélever de l'eau pour se rincer une nouvelle fois la main gauche tout en laissant un peu d'eau dans le louchet

    7) Rincer le louchet en le tenant à la verticale: il faut attendre que l'eau coule du creux du louchet vers son manche

    木村 世忍 på Twitter: "神社にある手水の使い方のイラストは、どこも独特の可愛らしさがあって良い。… "

    Le Temizu pour les nuls, expliqué à l'entrée du sanctuaire pour ceux qui auraient des trous des mémoire...

     

    Deuxième étape: la prière

    Une fois le Temizu terminé, les japonais se rendent ensuite dans le grand hall du sanctuaire, où siège le saisenbako. C'est une grande boîte en bois devant laquelle se situe une grande cloche. Les gens se placent devant le saisenbako et prient les divinités pour avoir de la chance pour cette année qui s'annonce. Là encore, la prière passe par plusieurs étapes:

    1) Tirer sur la corde pour sonner la cloche afin de réveiller le kami du sanctuaire

    2) Mettre une pièce dans le saisenbako. Généralement, 5 ¥ suffisent pour cette opération...

    3) S'incliner 2 fois devant le sanctuaire

    4) Frapper des mains deux fois devant le saisenbako

    5) Prier le Kami en pensant à un voeu

    6) S'incliner une nouvelle fois, puis s'éloigner du saisenbako

     

    Personnes priant devant le saisenbako

     

    Troisième étape: Omikuji et Omamori

    Les Omikuji (御神籤, littéralement "lotterie sacrée") sont un art divinatoire particulièrement prisé au Nouvel An au Japon, mais pas uniquement lors de cette période. Ces petites bandelettes de papier sont censées prédire le futur proche de la personne qui les prend. Leur histoire remonte à la période Muromachi (1336-1573) et étaient initialement basés sur des poèmes chinois. Même encore actuellement, même si le "résultat" (bénédiction ou malédiction) de l'Omikuji constitue la partie la plus importante et la plus facile à interpréter, mais ceux-ci comportent également des poèmes ou un extrait de textes religieux apportant des informations spécifiques sur certains aspects de la vie.

    Généralement, celles-ci peuvent être achetées dans les sanctuaires shintô et les temples bouddhistes pour une somme entre 100 et 300 ¥.  Il suffit alors de piocher un Omikuji dans une des petites boîtes en bois et de lire son destin...

    Un Omikuji est séparé en plusieurs catégories, telles que l'amour, la santé ou le travail. Une indication de bonne fortune générale est également indiquée en haut. 12 choix sont possibles au total:

    • 大吉 (Daikichi) : Grande Bénédiction
    • 中吉 (Chuukichi) : Bénédiction moyenne
    • 小吉 (Shoukichi) : Petite Bénédiction
    •   (Hankichi) : Demi Bénédiction
    • 末吉 (Suekichi): Bénédiction à venir
    • 小吉 (Sueshoukichi) : Petite Bénédiction à venir
    • (Kichi) : Bénédiction
    • (Kyou) : Malédiction
    • 末凶 (Suekyou) : Malédiction à venir
    • 半凶 (Hankyou) : Demi Malédiction
    • (Shoukyou) : Petite Malédiction
    • 大凶 (Daikyou) : Grande Malédiction

     

    Dans certains sanctuaires ou temples, d'autres appellations peuvent se rencontrer sur les omikuji, c'est le cas de 特 (toku: spécial) et 超 (chou: extrêmement). Mais oserez-vous prendre le risque de tomber sur une extrême malédiction ?

    Si vous l'osez, voici un lien où vous pourrez découvrir votre niveau de bonne fortune pour cette année 2021 ! Je vous invite d'ailleurs à partager votre résultat dans les commentaires ! Si vous avez des difficultés à lire votre résultat, n'hésitez pas à m'en faire également part pour que je vous aide. C'est aussi l'occasion d'un bon exercice de japonais pour vous !

    (NB: ce lien peut ne pas être fonctionnel sur tous les navigateurs. Il ne fonctionne pas sur Firefox par exemple, mais il fonctionne sur Edge)

    靈氣/靈性文明旅路-東寺「御神籤」 | 心靈地圖(Vivian's Blog ):日式靈氣/ 宗派靈氣/ 直傳靈氣/ 神秘研究/ 教育出版

    Un exemple d'Omikuji

     

    Que faire avec un Omikuji à mauvaise fortune ?

     

    "Ce n'est pas grave, je vais en prendre un autre, je tomberais peut être sur une bonne fortune !" - un touriste lambda 

    Rappelez-vous que nous sommes en train de parler de présages envoyés par les Kamis, pas d'un gachapon de Genshin Impact. Vous pourrez mettre tous les millions que vous voulez pour tomber sur un Daikichi, ce sera votre premier présage qui comptera. C'est irrévocable.

    Votre destin est scellé, tant pis. Vous n'avez plus qu'à serrer les dents et accepter votre destin, nous vous avions prévenus. A moins que votre Samurai Neko préféré ne vous aurait pas tout dit ? Effectivement, parlons d'un petit jeu de mots japonais...

    Vous voyez ce Kanji, le 末 (matsu) ? Si vous avez bien suivi mes cours de japonais, vous devez tout de suite remarquer que cela se prononce de la même manière que le verbe 待つ (matsu: attendre). Pour faire "attendre" votre malchance, il suffira alors d'accrocher le mauvais Omikuji à la branche d'un pin pour espérer voir ces mauvais présages rester sur ce pin plutôt que d'aller dans votre foyer...

    Si vous n'êtes toujours pas convaincu par le pouvoir du pin pour retenir votre malchance, vous pouvez compter sur les Omamori pour vous aider. Ce nom vous dit probablement quelque chose car j'en ai déjà parlé brièvement, dans cet article, mais faisons une petite piqure de rappel en allant plus dans le détail: les Omamori renvoient évidemment au verbe 守る (mamoru) qui signifie "protéger".

    Ce sont des amulettes spécifiques, apparues au cours du XVIIe siècle pendant le Shogunat Tokugawa, qui sont vendues dans les temples et les sanctuaires. Elles sont créées en écrivant des prières, des invocations et d'autres éléments sacrés sur une pièce de papier, de bois ou de tissu. Elles sont ensuite enveloppées dans un petit sac en soie. Ultimement, ce petit sac est béni dans le sanctuaire ou le temple. Même si au XVIIIe siècle, les sacs étaient fabriqués dans les temples et les sanctuaires, il sont désormais fabriqués en dehors de leurs murs... mais rassurez-vous, l'étape finale de bénédiction est toujours présente, elle !

    Les Omamori sont des amulettes à transporter partout au fil de ses voyages. L'unique fait d'en posséder un et de le laisser traîner sur son bureau n'apportera pas grand chose... Mais il n'y a pas non plus de raison d'avoir peur de le perdre ou de l'abîmer, à partir du moment où ce ne sont pas des dommages délibérés. On dit même que lorsque l'on perd un Omamori, cela signifie qu'il a accompli son rôle de protection contre les évènements malchanceux.

    Il existe 12 variétés d'Omamori généraux: 

    - 個通安全 (Kotsuu Anzen) : C'est l'un des Omamori les plus populaires, et dont la forme est la plus variée.  Leur objectif est de vous protéger les voyageurs sur les routes, que vous soyez en voiture ou à vélo. Il peut aussi vous aider à réussir votre permis de conduire !

    - 幸せ (Shiawase) : A quoi celui-ci peut bien servir ? C'est écrit dessus, comme le port salut:
    幸せ signifie "bonheur", pas beaucoup d'ambiguïté sur ce qu'il vous apportera.

    - 商売繁盛 (Shoubai Hanjo) : Parfois sous la forme d'une carte de crédit, la couleur dorée est généralement utilisée pour ce type d'Omamori. Il vous apportera prospérité que ce soit pour votre entreprise ou d'une manière générale.

    - 開運 (Kai Un) : Signifiant littéralement "ouvert à la chance", il vous apportera la bonne fortune.

    - 厄除 (Yakuyoke) : Vous avez emménagé dans une maison mais il y a à l'intérieur un Yurei qui vous cherche des noises ? De son côté, cet Omamori écartera les mauvais esprits de votre route. C'est l'un des premiers à être apparus.

    - 勝守 (Katsumori) : Initialement dédié aux guerriers et aux dirigeants, il est désormais plutôt utilisé pour des examens et autres compétitions.  Ceux provenant du sanctuaire Meiji et au temple Zojo-i sont particulièrement populaire en raison de leur relation avec le clan Tokugawa.

    - 学業成就 (Gakugyou Jouju) : Que vous soyez à l'école primaire, au lycée ou en train de finir votre thèse de doctorat, cet Omamori, même s'il ne passera pas les examens à votre place, celui-ci vous aidera à vous concentrer et donnera à votre examinateur une once de générosité.

    合格 (Gougaku) : Si ce coup de pouce scolaire ne vous suffit pas, vous aurez cet Omamori qui vous aidera pour tous types d'examens, dont ceux qui ne sont pas des examens scolaires.

    - 健康 (Kenkou) : Comme les Kai un, ils vous apporteront de la chance, mais plus particulièrement une bonne santé. Attention cependant: s'ils vous permettront de maintenir votre état en bonne santé et d'éviter les maladies, ils ne permettront pas de vous soigner si vous êtes malade.

    - 病気平癒 (Byouki Heiyu) : Nous en parlions justement, c'est vers ce type d'Omamori qu'il faut se dirirger lorsque l'on est malade et que l'on cherche une guérison rapide. Il y a donc bien sûr une complémentarité avec le Kenkou.

    - 縁結び (En Musubi) : Dépendant de votre situation actuelle, cet Omamori aura des effets différents. Si vous êtes déjà en couple, il protègera votre couple et aidera à amener les choses un peu plus loin. De nombreux sanctuaires vendent des paires de En Musubi même si vous êtes célibataires, de quoi offrir un beau cadeau à votre future moitié une fois que vous êtes ensemble... Quelqu'un a dit que c'était un message ?

    - 安産 (Anzan) : Envie de garantir un accouchement sans problème pour vous ou un proche ? C'est ici qu'il faut se rendre ! A ne pas confondre avec le Kotsuu Anzen, qui n'a aucun rapport...

    いちごのお守り: 苺memo

    Un trype d'En Musubi très populaire en forme de fraise, venant de l'adage 一期一会 : "Ichi go, ichi e " qui signifie "Une rencontre, une opportunité. Un jeu de mot astucieux ici entre Ichi go (一期: une rencontre) et Ichigo (苺 : une fraise)

     

    Mais il faut garder en tête qu'il en existe également des spécifiques à certains temples ou sanctuaires, et sont liés à leur histoire. En voici quelques exemples:

    - Le sanctuaire Kanda Myojin situé non loin d'Akihabara, où vous pourrez trouver des omamori qui protégeront votre ordinateur.

    - Le temple Arai Yakushi, où un jour le fils du Shogun a réussi à soigner sa maladie des yeux. Vous pourrez en toute logique y trouver des omamori qui vous protègeront les yeux. Ils sont reconnaissables par le め (qui signifie "oeil" en japonais) écrit dessus.

    - Le sanctuaire de Yushima fabrique uniquement le 25 Janvier de chaque année l'un des Omamori les plus difficiles à trouver, l'"oiseau menteur (鷽替え: Usokae). Même si ce nom ne semble pas très rassurant d'un premier abord assez étrange, la légende derrière cette amulette est que l'Usokae va prendre tous vos secrets et les restituer sous la forme d'une chanson de vérité qui va vous guider. Une interprétation de cette légende est qu'il répondera à toutes les incompréhensions...

    - Au sein de la Kanamara Matsuri (fête de la fertilité se déroulant dans le sanctuaire de Kanayama tous les ans), vous pourrez obtenir un Omamori particulier qui vous protègera des problèmes de fertilité et des MST.

     

    Que faire avec un Omikuji à bonne fortune, donc ?

     Vous avez obtenu un Omikuji à bonne fortune, félicitations ! Vous pouvez le garder sur vous ou le laisser au temple. Mais il est beaucoup plus courant de le garder avec soi. Quoiqu'il arrive, ce n'est pas car vous avez une bonne fortune dans un domaine qu'il faille pour autant se reposer sur ses lauriers. La malchance, tapie dans l'ombre, peut toujours arriver à n'importe quel moment, pour n'importe quel domaine.

     

    J'espère que cet article vous aura appris de nombreuses choses sur la tradition de l'Hatsumoude au Japon et vous aura donné envie d'expérimenter vous-même cette tradition au cours d'un voyage, qui sait. Je reste bien sûr comme d'habitude disponible pour répondre à vos questions complémentaires dans les commentaires. Je vous souhaite une bonne année pleine de Daikichi et pauvre en Daikyou ! J'attends avec impatience vos prédictions de l'année...

    Continuez à passer du  bon temps sur Samurai Neko no Nihongo !

     

    またね

    侍猫

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • 「今際の国のアリス」(C) 麻生羽呂・小学館/ROBOTDe gauche à droite: Chôta, Ryôhei et Daikichi. 3 amis unis par le pouvoir de l'amitié, mais cela sera-il suffisant pour surmonter les épreuves qui les attendent ?

     

    Nom: Alice in Borderland (今際の国のアリス)

    Auteur (manga) : Haro Aso

    Producteur (anime) : Hideki Tachibana

    Producteurs (drama) : Shinsuke Sato, Yoshiki Watabe, Yasuko Kuramitsu

    Nombre de tomes (manga) : 8

    Genre: Survie, suspense, post-apocalyptique

     

    NB: le commentaire suivant est basé sur le drama de 2020. 

     

    Synopsis: Dès le début, nous faisons la connaissance de 3 protagonistes: Arisu Ryôhei, Karube Daikichi et  Segawa Chôta. Ryôhei voue une existence de nolife dans sa chambre, chez ses parents, à jouer à des jeux de tir à la première personne. Alors que son frère est un salaryman modèle et essaye de trouver une place pour son frère dans son entreprise, Ryôhei est déphasé de cette réalité et manque encore une fois l'entretien... Cette fois-ci la patience de son père a atteint ses limites et Ryôhei est chassé de la maison de ses parents. Cela n'a pas l'air de le perturber plus que cela dans la mesure où il se tourne directement vers son ami Daikichi pour l'héberger. 

    Daikichi, de son côté travaille dans un bar et drague la petite amie de son patron... jusqu'au jour où sa relation est percée à jour et où cela se solde par... quelques coups de poings et la perte de son emploi. Et ce jour, c'est bien sûr le jour où Ryôhei a besoin de lui. Il ne sera donc pas d'une grande aide pour héberger Ryôhei au final...

    De son côté, Chôta est le plus sérieux de la bande. Il travaille dans un bureau où nous pouvons plus que supposer une certaine pression de la part de son patron sur lui. 

    Les 3 amis se retrouvent au niveau du célèbre Shibuya crossing, discutent du bon vieux temps, et se mettent à faire n'importe quoi, tel des enfants, au beau milieu du passage piétons. Daikichi porte Ryôhei sur ses épaules pendant que Chôta filme avec son téléphone... Comme on peut s'en douter, le feu finit par changer de couleur et les voitures se mettent à circuler. Et paf ! Ce qui devait arriver arriva: les idioties de nos compères génèrent un carambolage ! Se rendant compte de leur erreur, ces derniers se réfugient dans les toilettes pour hommes du métro pour échapper à la police située à proximité. Quand soudain...

    L'éclairage des toilettes s'éteint subitement. Etrange... Nos amis sortent alors des toilettes pour se retrouver devant un spectacle désarmant: plus personne au niveau du Shibuya crossing ! Est-ce que le prochain confinement aurait déjà commencé sans que personne ne les ait mis au courant ? Non, les choses sont bien plus sombres... Peu importe où ils décident de poser les yeux, personne n'est là, et tout à l'air d'avoir été "abandonné": les fruits sont pourris, etc...

    Personne ? Ou peut-être pas totalement... Alors que la nuit se met à tomber sur la capitale du pays du Soleil Levant, les écrans publicitaires s'allument et indiquent que LE JEU n'est pas loin. Le jeu ? Quel jeu ? Le meilleur moyen de le savoir reste de s'y rendre... Il n'y a qu'à suivre les flèches...

    Nos amis découvrent alors malgré eux qu'ils ne sont pas seuls et sont lancés dans un jeu à énigme. Il leur est demandé de prendre un téléphone, et les voilà embarqués dans une énigme de portes: une porte où il est écrit "vivre" et une autre "mourir". Cette énigme a l'air simple en apparence, mais que renferment ces deux portes ? Qu'est-ce que ce jeu ? Qui tire les ficelles ? Quels sont les risques si l'on perd ? Quelle est la signification de la carte à jouer située sur la table devant l'entrée de la zone de jeu ? Autant de questions mystérieuses qui trouveront leurs réponses en regardant Alice In Borderland. 

     

    Les points forts: 

    - Un suspense insoutenable et un rythme effréné (au niveau des jeux) qui ne vous laissera pas une minute de répit.

    - Des personnages attachants, ayant plus de relief que ce qu'ils ne nous en laissent transparaître à première vue. 

    - Une trame de fond mystérieuse qui suit tout le long de la série. 

     

    Les points faibles:

    -  A ce jour seule la saison 1 (contenant 8 épisodes) du drama est parue, il faudra attendre pour la saison 2... 

    - La violence omniprésente qui ne correspondra par forcément aux publics les plus jeunes. 

     

    A ne pas manquer si...

    - Vous connaissiez déjà l'oeuvre originale d'Haro Aso. 

    - Vous aimez le genre post-apocalyptique.

    - Vous êtes un adepte du genre thriller, et que vous aimez les films présentant un côté "hors du commun" mettant en scène des "jeux"/"expériences" malsain(e)s (des films de type Cube ou des manga de type Judge). Nous sommes ici à mi-chemin entre le triller et l'horreur. 

     

    Passez votre chemin si...

    - Vous êtes un enfant, ou êtes trop sensible aux émotions fortes (violence, vue du sang...). 

    - Vous n'aimez pas le genre thriller.

     

    Avis personnel:

    Le nom d'Alice in Borderland n'est pas sans nous rappeler la célèbre œuvre de Walt Disney, Alice au pays des merveilles, soit Alice in Wonderland en anglais. Il s'agit là en effet d'un habile jeu de mots entre le nom de famille du principal protagoniste (有栖 Arisu) et le prénom Alice (アリス Arisu) qui se prononcent de la même manière en japonais. Même chose pour la place omniprésente des cartes à jouer dans l'organisation des jeux, et du rôle tout particulier qui est donné aux cartes de coeur dans ces jeux. Il en est de même pour certains personnages comme le chapelier... mais je préfère vous laisser découvrir les divers clins d'œils égrenés au cours de l'œuvre... 

    Même si le drama a été diffusé à partir du 10 décembre 2020 sur la plateforme Netflix, le succès d'Alice in Borderland date de bien avant. En effet, l'œuvre originale d'Haro Aso a été publiée entre 2010 et 2015 dans le célèbre Shônen Sunday Super, magazine mensuel créé par Shôgakukan, célèbre maison d'édition de mangas. Une suite au manga a ensuite été publiée: Alice in Border Road, achevé en 2018; et Alice In Borderland: Retry dont la première publication date du 11 décembre 2020. 

    En ce qui me concerne, j'ai découvert l'œuvre avec le drama et j'ai vraiment apprécié. Un sacré cocktail de suspense dans un monde post-apocalyptique où les jeux rythment les épisodes qui m'a tenu en haleine jusqu'au bout. J'ai regardé la première saison en quelques jours. Il ne reste maintenant qu'à attendre l'arrivée de la saison 2... Je pense qu'au vu du drama je vais me plonger désormais dans le manga... Et vous, vous laisserez-vous tenter ? 

     

     Alice in Borderland : Le trailer du drama 

     

     

     

    J'espère que cet article vous aura donné envie de vous lancer dans la série et de découvrir ou redécouvrir le manga et anime associés ! Voilà une bonne idée pour commencer votre année manga/anime/drama de 2021 sous une bonne augure ! 

    Continuez à vous amuser et à apprendre sur Samurai Neko no Nihongo ! L'année 2020 n'a pas été des plus faciles à vivre mais nous avons continué à vous proposer du contenu sur le Japon pendant les périodes de confinement notamment. Cela aura été l'occasion pour certains d'entre vous de nous découvrir et d'apprendre cette belle langue qu'est le Japonais. Je vous souhaite une année 2021 où vous pourrez concrétiser vos projets en lien avec le japonais ou tout simplement continuer à vous divertir parmi nous !

     

    あけましておめでとうございます ⛩

    またね

    侍猫

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • A cat wearing a birthday hat5 ans de bons et loyaux services, à vous proposer le meilleur… Ce concours n'est que le début des festivités !

     

    Chers amis artistes, 

    Vous commencez désormais à être habitués aux évènements parsemant l'histoire du blog. Parmi eux, on compte les Bangumi et les concours de dessin. Peut être avez-vous perdu cette habitude ou êtes vous arrivés dans une période où ces évènements n'étaient plus légion… mais ce n'est pas grave. Car les concours de dessin font leur grand retour sur Samurai Neko no Nihongo ! (une annonce de Bangumi suivra bientôt également, mais ne mettons pas la charrue avant les boeufs…) 

    Pourquoi tant d'évènements vous attendent ? Car le 18 Février 2021, cela fera 5 ans que Samurai Neko no Nihongo vous propose du contenu sur le Japon: cours de japonais, d'écriture, articles sur l'histoire, la musique japonaise... Peu de sujets sont passés au delà du giron de ce cher Samurai Neko… Mais malgré tout, il reste encore une tonne de sujets à traiter, ce qui laisse encore présager au blog de longs jours devant lui. 

    Après les concours de l'été, les concours Halloween, les concours de fin d'année, découvrez le seul, l'unique, l'incontournable concours de dessin du 5e anniversaire de Samurai Neko no Nihongo. Notre dernière championne en titre était Umikirisaki lors du concours d'Halloween. Deviendra elle de nouveau la championne en titre ou se fera elle détrôner par un challenger? C'est à VOUS et vous seuls d'écrire l'histoire du prochain Bangumi. Comme d'habitude, le vainqueur sera affiché sur le blog ! Mais en plus de cela, une petite surprise vous sera réservée pour le prochain Bangumi…

    Que dessiner, alors ?

    Comme d'habitude, le sujet restera assez large, même si certaines conditions devront être respectées pour que votre dessin entre dans le thème. 

    Vous exprimerez par votre dessin ce que renvoie pour vous Samurai Neko no Nihongo, que ce soit par son histoire ou ses thèmes associés.

    Le but est ici de célébrer les 5 ans de ce blog que vous appréciez tant. Cela peut avoir rapport directement avec le blog (par exemple un des articles), un rapport indirect (un thème abordé de manière générale dans le blog mais n'ayant pas traité du sous-thème dont vous allez parler).

    Si je devrais vous donner un petit conseil pour réussir au mieux dans ce thème, repensez à quels articles vous avez le plus apprécié sur le blog, pourquoi ne pas en faire un dessin ? Comment, vous pensez plutôt à des anciens Bangumi ? A l'équipe de joyeux drilles formant les Bangumistes ? Ou même, vous voulez envoyer un message subliminal à Samurai Neko pour ses prochains articles ? Ne vous gênez pas ! Le thème étant tout de même assez large, il ne faut pas avoir peur de faire preuve d'un peu d'audace pour réussir ce challenge !

    En tout cas, sachez que comme d'habitude, peu importe ce que vous faites, votre classement sera déterminé par les gens qui voteront sur le blog. Que vous fassiez quelque chose de personnalisé car vous me connaissez bien ou non, cela n'aura donc pas d'incidence sur les scores. En effet, les gens votent sur la performance, l'originalité, et peut être même au hasard pour certains, vous n'avez donc aucune crainte à avoir. Tout le monde est éligible pour la première place! Le but est de faire quelque chose de sympathique pour l'évènement. 

    Aucun support n'est imposé, laissez votre créativité s'exprimer ! 

     

    Déroulement du concours : 

    21/12 : Ouverture des inscriptions au concours. Pour vous inscrire, il suffit d'annoncer que vous voulez participer en postant un commentaire sur cet article. 

    16/03 : Fin des inscriptions et création du sondage. Le lien du sondage sera envoyé sur cette page, vous pourrez alors voter pour votre candidat préféré. 

    20/03 : Fin des votes et publication des résultats.

    A l'issue du concours, le gagnant verra son dessin ajouté à la liste des dessins gagnants du concours (sur le menu latéral) et verra son œuvre apparaître sur le blog. Et peut être une autre surprise qui sait...

     

    Comment répondre au sondage ?

    Avant de commencer cette rubrique, je tiens à m'excuser en avance de l'affront que je vais faire à tous les gens qui savent classer des objets entre eux. Malheureusement, ayant reçu des résultats plus que surprenants lors du premier concours, je me dois de faire une petite piqûre de rappel.

    Il vous sera demandé de classer les participants par ordre de préférence (c'est à dire du plus apprécié au moins apprécié). Je tiens à rappeler qu'aucun doublon ne sera toléré: même si vous adorez le candidat "A", placer "A" dans toutes les positions du classement ne le fera pas gagner car votre vote sera compté comme nul. Merci d'avance!

     

    Informations utiles : (changent au cours du temps)

    Nombre de participants: 3    - Nombre minimum de participants requis pour la réalisation du concours: 4

    - Miss Mion

    - Pumpkin

    - Kazuki

    Si vous rencontrez un quelconque problème ou avez des questions à propos du concours, n'hésitez pas à me prévenir via mail ou commentaire. Je me ferai un plaisir de vous répondre, comme toujours, alors à vos crayons ! Vous pouvez aussi nous rejoindre sur notre serveur discord en cliquant ici

     

    En bonus : L'affiche officielle de l'évènement !

     

     

    En attendant, continuez à passer du bon temps sur Samurai Neko no Nihongo !

     

    またね

    侍猫

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires